Condescendant

Définition

adj. Qui montre de la condescendance.
Hautain, supérieur. Caractère condescendant. Un sourire, un ton condescendant. Epargnez-moi cet air condescendant.
“Mais non, me répondit Mme Verdurin d’un air condescendant et égayé, il dit que ça l’amusera beaucoup de refaire avec cette jeunesse cette route qu’il a tant suivie autrefois [...]“ (Marcel Proust – Sodome et Gomorrhe)
“Vers neuf heures et demie, le père, condescendant à une demande de sa fille, lui donnait le bras, et ils allaient ensemble le long des quais, par le pont Royal, sur la place du Carrousel.” (Honoré de Balzac – La cousine Bette)
“Avant je l’aimais avec audace, non sans une certaine témérité, et maintenant, pour chaque bonne parole, chaque caresse, chaque regard condescendant, je rends grâce à Dieu et à lui.” (Sophie Tolstoï – Journal de la comtesse Léon Tolstoï)

Pour mieux comprendre

Faisons d’abord ensemble un bref rappel concernant l’étymologie du mot. Condescendant vient du verbe condescendre. Ce mot vient du latin cum (« avec ») et du verbe français descendre. Ce détour par les racines du mot ne nous renseigne que très partiellement sur sa signification. Poursuivons donc notre étude fouillée.

Au niveau grammatical, le terme « condescendant » peut être compris comme le participe présent du verbe du troisième groupe « condescendre » ou comme un adjectif.

Ce point étant fait, venons en au principal. Qu’il soit employé comme participe présent ou comme adjectif, le mot condescendant présente deux significations principales. Il existe en effet plusieurs acceptions du sens de ce mot selon le contexte.

Dans le sens courant, dire de quelqu’un qu’il est condescendant est péjoratif. Ce n’est donc pas un mot à utiliser à l’encontre de n’importe qui et n’importe quand. Etre condescendant n’est pas signe de grande qualité humaine. Si vous êtes vous-même victime d’une accusation de condescendance, il est temps de chausser vos lunettes pour lire attentivement ce qui suit et ainsi pouvoir préparer votre riposte.

La signification la plus usitée est illustrée par la citation suivante de Jean Dion: « Notre époque obsédée par l’instantanéité est myope. Elle croit avoir tout inventé et être l’aboutissement de tout et elle regarde le passé d’un œil au mieux condescendant. »
Celà signifie que les hommes se montrent hautains et jugent supérieures leurs réalisations ou la qualité de vie par-rapport à celles du temps passé. Ils montrent à l’égard du passé de la condescendance, c’est à dire qu’ils marquent de la distance par rapport à quelque chose d’inférieur ou supposé comme tel. Ils sont dédaigneux, méprisants envers les temps anciens.

Le terme vous paraît encore flou ?

Prenons donc un autre exemple : celui d’un professeur d’université, pétri de diplômes prestigieux, qui enseigne son amour de l’histoire à des étudiants. Trônant sur l’estrade de son bel amphithéâtre, notre brillant professeur est en plein exposé sur la Rome antique et son héritage. Tout à coup, voilà qu’un des ces jeunes garçons à peine sortis de l’adolescence vient à lever la main, signe qu’il veut poser une question. Tant il est absorbé par son sujet, notre ami tarde à repérer le doigt levé puis consent finalement à s’interrompre, et à faire un signe de tête en direction du première année pour l’inciter à poser sa question.

Et celle-ci tombe, comme un couperet : « Mais pourquoi, monsieur ? »

L’homme n’en est pas à ses premiers essais pédagogiques mais il ne déteste rien de plus que d’être stoppé en plein élan lorsqu’il évoque son sujet de prédilection.
Jaugeant rapidement de la finesse de son interlocuteur, il lui répond d’un ton condescendant : « Mais parce que, jeune homme . »

Il ressent à l’égard du jeune homme un sentiment de supériorité et lui a fait sentir dans le choix du ton employé et dans la tenue de la réponse qu’il lui a faite.
En d’autres termes, vu l’intelligence débordante dont semblait faire preuve le jeune homme, le professeur a jugé qu’il n’était pas nécessaire de s’abaisser , de se descendre à ce piètre niveau (vous vous rappelez notre petit tour de départ du côté de l’étymologie ?). Et donc qu’une réponse davantage détaillée était superflue.

Dans un autre usage, le mot condescendant aura le sens de « consentir à quelque chose, daigner faire quelque chose » .Le terme a alors un sens proche des mots arrangeant, indulgent. On dira d’une personne qu’elle est condescendante lorsqu’elle se plie aux volontés de quelqu’un par désir de plaire.

Reprenons notre bon vieux professeur d’histoire pour illustrer le propos. Imaginons la même situation, cours passionnant et intervention d’un élève. Sauf que cette fois, le trublion de l’histoire n’est pas un jeune naïf mais plutôt une belle jeune fille à la longue chevelure blonde et aux formes joliment soulignées. Vous voyez ?
Tout passionné d’antiquités qu’il est, notre érudit n’en reste pas moins un homme sensible à l’appel de la chair. Dans un élan de recherche purement esthétique, il s’attarde un peu sur le décolleté de la jeune fille, qui a au moins eu la bonne idée de se mettre au premier rang.
Elle ne fait pas davantage preuve d’originalité que son prédécesseur dans l’intitulé de sa question. Mais notre professeur ne lui en tient pas rigueur et consent malgré tout à lui faire une réponse…

Cette fois, il a pensé que, malgré la faible lueur d’intelligence qui semblait poindre derrière les cils chargés de rimmel dans les yeux de la jeune étudiante, une explication s’imposait. Qui éventuellement pourrait se poursuivre à la fin du cours etc.

Ca y est, vous avez compris ?

Au fait, je ne préjuge en rien de votre niveau … Mais je me suis permis, dans une visée didactique bien sûr, de glisser dans la rédaction de cet article quelques passages condescendants. Amusez vous à les repérer si ce n’est déjà fait !